Poursuivie pour l’exercice illégal de la pharmacie à travers la vente des produits pharmaceutiques, dame Somé n’a fait aucune difficulté à reconnaître les faits. Elle affirme être vendeuse de comprimés et de couches pour bébé.

Le parquet, se fondant sur la loi de juillet 2015 qui stipule que la vente des produits pharmaceutiques est réservée exclusivement aux pharmaciens, demande au tribunal de la reconnaître coupable des faits mis en sa charge.

Toutefois, le procureur lui reconnaît des circonstances atténuantes, compte tenu de la crise économique qui secoue le pays et qui oblige la prévenue à s’adonner à cette pratique pour survivre avec sa famille.

En répression, il requiert 3 mois de prison avec sursis et 300.000 FCFA d’amande. Le tribunal n’a pas suivi le parquet et a condamné dame Somé à un mois de prison ferme et 300.000 Frs d’amende. Comme quoi, Somé a été sommée d’arrêter la vente des produits pharmaceutiques.

Source link