L'escalade des tensions avec l’Iran dans le Golfe inquiète les Européens

Première publication : Dernière modification :

Les Européens ont alerté le secrétaire d’État américain, lundi, sur les risques d’un conflit armé avec l’Iran, après l’envoi d’un navire de guerre dans le Golfe persique et de mystérieux sabotages de navires saoudiens survenus la veille.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne, réunis lundi 13 mai, ont profité de la visite surprise du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, à Bruxelles, pour alerter sur les risques d’un conflit avec l’Iran dans le Golfe.

“Je lui ai dit de manière claire que nous sommes préoccupés par les tensions dans la région et que nous ne voulons pas d’une escalade militaire”, a déclaré à la presse le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, après leur rencontre.

Déploiement d’équipements militaires américains dans le Golfe

Les tensions entre Washington et Téhéran ont grimpé d’un cran vendredi, avec l’annonce du Pentagone d’envoyer dans la région un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et d’une batterie de missiles Patriot. Ces équipements s’ajoutent au déploiement d’un porte-avions et de bombardiers B-52 déjà présents sur zone.

Un renforcement de la présence militaire que le ministère américain de la Défense a justifié par “des indications sur une amélioration des préparatifs des Iraniens pour mener des opérations offensives contre les forces américaines et nos [ses] intérêts”. Toutefois, le Pentagone n’ayant fourni aucun détail sur ces menaces, une partie de la presse américaine s’est interrogée sur la véracité des ces motifs.

“Actes de sabotage” sur des pétroliers saoudiens

Durant le week-end, un nouvel épisode est venu mettre de l’huile sur le feu. Quatre pétroliers, dont deux navires sous pavillon saoudien et un émirati, ont été la cible de mystérieux “actes de sabotage” dans la mer d’Oman, au large des Émirats, ont rapporté Riyad et Abou Dhabi. L’Arabie saoudite, ennemi de l’Iran et proche des États-Unis, vient elle aussi de renforcer sa présence militaire dans le Golfe.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a “condamné” un “acte criminel” qui constitue une “sérieuse menace” à la navigation maritime et a “une incidence néfaste sur la paix et la sécurité”. Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal saoudien de Ras Tanura en vue d’une livraison à des clients américains, a précisé Riyad.

Les deux pays n’ont désigné aucun responsable. Pour sa part, Téhéran a appelé à l’ouverture d’une enquête. “Ces incidents en mer d’Oman sont alarmants et regrettables”, a dit Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, en mettant en garde contre “l’aventurisme [d’acteurs] étrangers” pour déstabiliser la région.

“L’enquête sera menée de manière professionnelle”, a assuré le ministre d’État émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash. “Les faits seront indiqués clairement”, a-t-il promis en soulignant qu’Abou Dhabi avait déjà “sa propre lecture et ses propres conclusions”.

Les Britanniques alertent sur le risque d’un conflit “par accident”

C’est dans ce contexte que la rencontre entre les Européens et Mike Pompeo a été organisée, les représentants de l’Union européenne craignant qu’une étincelle ne vienne mettre le feu aux poudres.

Le ton avait été donné par le ministre des Affaires étrangères britannique, Jeremy Hunt, au début de la réunion de Bruxelles. “Nous sommes très inquiets du risque qu’un conflit se produise par accident en raison de l’escalade des tensions”, avait-il déclaré, soulignant l’urgence de la situation.

“Je pense que ce dont nous avons besoin, c’est d’une période de calme, pour nous assurer que tout le monde comprend ce que pense l’autre partie”, avait fait valoir Jeremy Hunt. “Nous devons veiller à ne pas remettre l’Iran sur le chemin de la nucléarisation. Car si l’Iran devient une puissance nucléaire, ses voisins voudront probablement devenir des puissances nucléaires”, a expliqué le ministre britannique. “C’est la région la plus instable du monde et ce serait un pas énorme dans la mauvaise direction”, a-t-il averti.

Avec AFP

Source: FRANCE 24. The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).