Photo Credit: DiasporaEngager, the World's #1 International Diaspora Engagement Social Media Network Platform (www.DiasporaEngager.com), by Courtesy of Dr. Roland Holou. © All Rights reserved.
Photo Credit: DiasporaEngager, the World's #1 International Diaspora Engagement Social Media Network Platform (www.DiasporaEngager.com), by Courtesy of Dr. Roland Holou. © All Rights reserved.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Dr Cheikh Oumar Anne et son homologue français Mme Frédérique Vidal ont procédé hier, au lancement du campus franco-sénégalais. 15 offres de formation sont déjà proposées aux étudiants français et sénégalais à la rentrée prochaine. Ce qui constitue un début d’une co-construction d’espaces pédagogiques, de recherche et d’innovation.

Loin de réduire le flux important d’étudiants sénégalais qui frappent aux portes des universités françaises chaque année. Mme Frédérique Vidal, ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation se veut claire sur le projet de campus franco-sénégalais : «il s’agit d’un espace de partage et du transfert de connaissances, de savoir-faire et surtout de Co construction d’espaces pédagogiques». Pour étayer son argumentaire, elle informe que «la France est dans une dynamique de doubler ses étudiants internationaux». Ainsi, le campus franco-sénégalais lancé hier, mardi 11 juin, propose aux étudiants des deux pays 15 offres de formation orientées plus vers les sciences. C’est un ensemble de dispositif de formation adossé sur l’innovation et la recherche répondant aux besoins des entreprises, de l’économie, des administrations publiques et des collectivités locales. A moyen terme, il est question pour les deux parties de construire un véritable campus, sachant que le Sénégal, a informé Dr Cheikh Oumar Anne, mis à la disposition du projet, à Diamniadio, des espaces pour la construction.

En perspective, le campus franco sénégalais devra développer la partie recherche mais également un projet commun doctoral avec notamment la mise en place de bourses. Les plateformes technologiques communes seront utilisées pour information mais aussi pour l’expertise. Ce projet embarque les entreprises sénégalaises et françaises installées dans ce pays de façon à ce que l’acquisition de compétences soient au cœur du projet, a soutenu Mme Frédérique Vidal. Pour la pérennité du projet, la ministre française préconise une définition du périmètre institutionnel du campus afin de permettre au projet de durer dans le temps.

Pour marquer sa détermination à matérialiser le projet, la France a souhaité, dit-elle, accompagner le développement de ce campus avec un financement de 500 000 euros du ministère des Affaires étrangères de la France et, l’agence française de développement qui appuie à hauteur de 1,5million d’euros incluant un fonds d’études de 200 000 euros pour des formations innovantes. «C’est une appropriation forte de l’Etat français dans ce dossier, avec des perspectives prometteuses. Elles lient les établissements supérieurs français et sénégalais mais se projettent sur les champs de la recherche et de l’innovation», a déclaré Mme Frédérique Vidal. Pour accompagner le projet dans le cadre d’un pilotage plus accru, le ministre Cheikh Oumar Anne informe de la disponibilité du président Macky Sall à signer, d’ici juillet, un décret pour donner une personnalité morale au campus français.

Source: / AllAfrica.com. The content of this article does not necessarily reflect the views or opinion of Global Diaspora News (www.GlobalDiasporaNews.com).